Soutenir Ben de la page blanche au livre Photo jack hydra avec Tipeee en cliquant ICI

Et si vous regardiez des vidéos de meilleure qualité grâce à un micro blue yeti ? Cliquez sur la petite image juste au-dessous pour en savoir plus :

Blue yeti

 

Les Revenus Démentiels des pros du livre - ce que gagnent les écrivains

Ce que gagnent les écrivains :

J k rowling - ce que gagnent les écrivains

Joan Kathleen Rowling, auteure de la saga Harry Potter

Hello Ami(e) des livres !

Je suppose que vous êtes déjà au courant de ce phénomène, surtout si vous vous intéressez à la littérature. Ce n’est un secret pour personne : les bénéfices des professionnels du livre sont tout simplement énormes. Attention, je ne parle pas de ce que gagnent les écrivains !

Il suffit de voir les chiffres sur le site du Syndicat national de l’édition :

http://www.sne.fr/enjeux/chiffres-cles/

Mon but ici n’est pas de dénoncer les démarches « abusives » (je pèse mes mots) de ces marketeurs culturels (c’est un peu insultant vis-à-vis d’eux de l’exprimer ainsi mais c’est pourtant le mot juste, selon moi), mais de vous expliquer leur fonctionnement, tant au point de vue de la commercialisation que de la répartition des bénéfices entre les éditeurs, les libraires, les grandes surfaces (spécialisées ou non dans le secteur culturel) et, bien sûr, nous autres les auteurs.

Je vais commencer par vous parler un peu de leur stratégie marketing. Je ne consacrerai pas tout l’article à ce sujet mais ne pas l’évoquer un minimum serait une faute professionnel de la part d’un écrivain-blogueur.

Comme vous pouvez le voir sur cet article de blog :

Le marketing de l’édition : stratégie de promotion d’un livre dédié B2B

Les éditeurs, lorsqu’un livre les intéresse, vont appliquer une stratégie des plus redoutables. Peut-être la plus redoutable qui existe non seulement dans le monde du livre, mais également en webmarketing et dans la publicité de manière générale.

J’ai nommé l’empathie. Et oui, quoi de mieux pour susciter l’attention de votre client en lui racontant un véritable conte de fée.

« Ils ont trouvé l’amour grâce à inLove »

Pour la petite histoire, inLove est une entreprise mondiale fictive dirigée par Lovestar. Je vous renvoie à la chronique de ce roman islandais via ce lien.

Le secret des écrivains pour vivre de leurs livres

Dans l’exemple que vous avez pu lire sur le lien que je vous ai indiqué plus haut, ce n’est pas un conte de fée à proprement parlé. Mais le livre à lui seul est déjà une niche porteuse, pour ma part, puisqu’il raconte le parcours semé d’embûches d’un entrepreneur intrépide. Sans avoir lu le livre, on devine aisément que l’auteur est quelqu’un de très humain, au vu du titre en tout cas – Il est grand temps de rallumer les étoiles – titre un peu longuet, mais efficace car il inspire l’espoir. L’éditeur part donc d’un très bon pied. Jusque-là, rien d’exceptionnel. Oui, mais c’est là que ça devient intéressant. En insistant sur le côté humain de l’auteur et de l’ambiance du livre et en citant, pour amplifier cette empathie déjà bien présente, les détracteurs auxquels l’entrepreneur a dû faire face pour monter son activité, l’éditeur rajoutera un extrait du livre, mais pas n’importe lequel : celui qui fait que le héros réveille l’attachement de l’auteur à son égard, par exemple au cours d’un conflit avec une personne qui s’oppose à son projet.

Il existe d’autres exemples mais je ne vais pas vous les citer dans cet article.

Vous pouvez lire le lien ci-dessous avant de poursuivre, cela vous donnera une idée de ce que gagnent les écrivains :

Comment se vendent les livres ?

Ce que peut gagner un écrivain débutant :

Si vous avez bien lu le contenu de ce dernier lien, vous constaterez que la légende de l’éditeur fantasque qui cherche de nouveaux talents pour les faire connaître du grand public et faire entrer leurs ouvrages dans les librairies est malheureusement terminé (à se demander si cette tendance a bien eu lieu).

Il faut être dans la tendance, nous dit-on à nous les auteurs. Il faut être dans « ce qui se fait ». C’est comme dans la mode. Alors, inutile de se défendre bec et ongles pour proposer quelque chose d’innovant. Au passage, la phrase d’Oliver Coin, auteur d’Il est grand temps de rallumer les étoiles :

« [...] la création est avant tout une histoire de volonté. C’est la clé de votre réussite sociale, personnelle et professionnelle. »

Ce n’est qu’en partie vraie ! Une histoire de volonté ? Oui. Réussite sociale et personnelle : Ok. Pour la réussite professionnelle, ça reste à voir. Ce n’est pas parce que vous créez quelque chose qui ne s’est encore jamais vu, que vous avez un coup de génie quoi, que vous serez vite repéré(e) par un éditeur, un producteur... qui vous pousserait vers le sommet. La création à elle seule ne suffit pas pour connaître le succès. Il faut beaucoup travailler et, surtout, employer les bonnes tactiques ! Je vous parle en tant qu’auteur autoédité, là ^^

Passons. Je vais peut-être remuer le couteau dans la plaie mais, si vous êtes un auteur encore inconnu, un Marc Levy, un Guillaume Musso ou un Bernard Werber vous écrasera comme une vulgaire fourmi, car ces derniers vont bénéficier de techniques commerciales que je qualifierai de bulldozer : affichage promotionnel partout sur les grandes surfaces, relations presse, rapprochement auprès des grands libraires et j’en passe, tandis que les « petits », les pauvres auteurs débutants, auront peut-être leur chance, mais les moyens pour les faire connaître seront certainement moindres, à moins d’écrire un livre vraiment génial...

Il n’empêche, c’est possible, il suffit de voir le succès d’En attendant Bojangles et Lovestar, pour ne citer qu’eux.

Bref, il est temps que je vous fasse part de ce que gagnent les écrivains lors des ventes de leurs livres. Encore une fois, vous êtes sans doute déjà au courant des réalités, mais je préfère mettre en garde les « non-initiés » pour leur éviter des désillusions !

Ça va faire mal, je sais. Mais voici tout de même un histogramme qui en dit long sur la répartition des gains générés sur la vente d’UN livre :

Repartition des gains livre - ce que gagnent les écrivains

Histogramme que vous pouvez retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous :

Ce que gagnent les écrivains

Mais un écrivain peut gagner beaucoup...

Allez, je vous en ai fait voir de toutes les couleurs, mais sachez que tout n’est pas noir. Je vais maintenant terminer sur une note plus positive. Si vous avez lu l’article que je viens de vous présenter, vous pourrez voir que certains écrivains se font quand même des c******* en or, pour parler franchement. Le fait d’avoir obtenu un prix Renaudot ou Goncourt aide, évidemment. Mais ce n’est pas obligatoire. Nous sommes à l’heure des « auteurs stars sortis de nulle part ». Il y en a pour qui la vie a pris un tout autre tournant. Il suffit de voir le succès d’une certaine J. K. Rowling, dont la fortune dépasse celle de la Reine d’Angleterre. N’oublions pas qu’avant de sortir le premier tome d’Harry Potter, elle remuait ciel et terre pour payer son loyer et nourrir ses enfants. Comme quoi, tout est possible ^^

Concernant les auteurs français, il y en a plus que l’on croit qui sont à l’aise financièrement... et qui ne paient pas leurs impôts en France. Pardon, ça m’a échappé !

Vous voulez écrire, vous aimez ça et vous priez, pour qu’un jour vos rêves se réalisent enfin. Continuez de rêver, je ne vous en empêche pas. Mais ne laissez pas vos chimères prendre trop le dessus. Ecrivez, dîtes-vous que vous y arriverez mais sans vous attacher au résultat. Ecrivez, c’est tout. Prenez tout le temps qu’il faut pour composer une histoire de dingue, puis profitez bien du temps suivant pour peaufiner votre manuscrit avant de le présenter aux éditeurs.

Voilà ce que vous devez retenir : continuez à écrire (et à lire, les deux vont de pair, je le rappelle !) sans vous préoccuper de ce que gagnent les écrivains. On s’en fout. Soyez persévérant(e), soyez motivé(e), soyez enthousiaste car, peut-être, je l’espère pour vous, une belle étoile vous aspergera de ses milliers grains de poussière.  

Du fond du coeur, je vous souhaite le succès !

Votre dévoué Jack Hydra ;)

 

Retrouvez un extrait de mon prochain roman fantasy Des Pierres Sacrées et Profanes : Des Pierres Sacrées et Profanes, ExtraitDes Pierres Sacrées et Profanes, Extrait (264.4 Ko)

Vous souhaitez en savoir plus ? Cliquez ici

Devenez mon Acolyte en cliquant ici

Article suivant : Comment je compte publier mon livre

Quoi de neuf dans le monde du livre ?

Blog

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (6)

DorothyGeoge
  • 1. DorothyGeoge | 18/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM software "XRumer 16.0 + XEvil":
captcha breaking of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another categories of captchas,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? You can find a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
See you later!


XRumer20170718

DorothyGeoge
  • 2. DorothyGeoge | 17/07/2017

Revolutional update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil":
captcha solving of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another types of captchas,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? You can find a lot of introducing videos about XEvil in YouTube.
See you later!


XRumer20170717

Dorisacous
  • 3. Dorisacous | 17/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM software "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captcha breaking of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another types of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other programms.

Interested? There are a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
See you later ;)


XRumer201707

Dorisacous
  • 4. Dorisacous | 15/07/2017

Revolutional update of SEO/SMM software "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captcha solving of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another subtypes of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? You can find a lot of introducing videos about XEvil in YouTube.
See you later ;)


XRumer201707

jackhydra

Un "coup de gueule" que j'aurais envie de couronner d'une palme d'or (ah mince c'est pour le cinéma, pas grave !), @Didier. Pour ma part, j'ai lu un Guillaume MUSSO (La fille de papier) et ça m'a suffi. De même, j'ai lu un Marc LEVY (Le premier jour) et ça m'a suffi aussi. A part du blabla, de l'action (ça oui, il y en a mais c'est souvent superficiel !), beaucoup de clichés et une histoire qui, au final, ne débouche sur pas grand chose si ce n'est une romance qui finit mal, et l'énigme archéologique qui est censée être l'objet central du livre reste en suspens. Bof, je préfère de loin lire un Isaac Asimov, un Tolkien, un Robert E. Howard ou un C. S. Lewis. Bien fait, parfois brutal, souvent ou toujours masculin mais largement moins creux !
Le talent seul devrait suffire ?? En théorie, oui ! Mais je me rappelle avoir discuté avec un musicien de jazz après son concert, qui avait lui aussi un site web avec lequel il promouvait sa musique (qu'il composait, s'il-vous-plaît ^^). Il fallait voir (et écouter) le talent qu'il avait ! Un morceau que lui et sa "troupe" ont joué, tout simplement jouissif et bourré de charme, valait largement les drôles de "boum boum" qu'on entend aujourd'hui à la télé (je ne regarde plus la télé !). Et pourtant, il peinait à se faire connaître. Pourquoi ? Parce qu'il n'avait pas la fibre commerciale. Quelqu'un qui a moins de talent mais sait s'y prendre en matière de communication (réseaux sociaux, auto-répondeur, emailing...) s'en sortira plus aisément qu'un artiste de génie qui n'a aucune compétence en publicité. C'est triste à dire mais c'est la vérité !
Enfin, on vit dans une société de fric, alors comme dirait l'autre : "Il faut s'adapter. T'es dans le coup, ou tu ne l'es pas !"

Bonne continuation à vous aussi @Didier et merci encore pour votre commentaire !

BROCHON

Nous ne faisions plus d'illusions depuis longtemps, @Jack... Ce qui m'horripile, c'est d'entendre parfois un mois d'affilée, tous les jours, et à plusieurs reprises, des annonces sur RTL par exemple (les autres radios aussi sans doute...), vantant les mérites du nouveau bouquin de Guillaume Musso !

Alors là je me dis plusieurs choses :
- le type a pas mal de fric, quand on sait ce que coûtent 4 à 5 minutes de spot publicitaire même radiophonique (ou bien il a de bons "copains" dans ce domaine) ;

- si ce Guillaume Musso (mais j'entends les mêmes pubs pour Marc Lévy, pour Amélie Nothomb, pour Fred Vargas, Katherine Pancol, etc , etc) possède réellement un talent "hors norme" , alors qu'a-t-il besoin d'autant de tapage et de publicité autour de ses livres, lesquels de toute manière, (et ça vaut pour les autres cités et encore bien d'autres), trônent toujours en bonne place dans les librairies et grandes surfaces spécialisées, en tête de gondole !!!

Normalement, le talent seul devrai suffire, non ??? Musso en est à son énième histoire de nana qui rencontre un mec à New York, à croire qu'il n'a jamais voyagé et que pour lui, le monde se résume à cette ville ! d'autant qu'il reprend toujours le même thème, éculé... Mais il parvient (sans doute en délayant pas mal...) à ses 500 et quelques pages, et en couverture, si son titre de livre apparaît en ^petits caractères, on est plus souvent attiré par un très gros "Guillaume MUSSO" tranchant bien sur un large bandeau d'une couleur vive de préférence... Il n'est pas le seul, d'autres font quasiment pareil. Les personnes qui se précipitent sur ces bouquins, croyant acheter une "valeur sûre", achète en fait du "Guillaume Musso" au poids, sans même chercher à savoir ce que raconte le livre !

Le mot "livres" inversé, donne "servil(e)" en y ajoutant un "e". C'est le qualificatif que j'ai envie d'appliquer aux éditeurs, diffuseurs et libraires, tout comme les médias qui ne cessent d'encenser" ces auteurs là, qui leur déroulent le "tapis rouge", pour lesquels rien n'est trop grand pour ces auteurs, rien n'est démesuré, rien ne sera jamais impossible, rien ne sera jamais refusé.

Bonne continuation,

Didier BROCHON

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau