Soutenir Ben de la page blanche au livre Photo jack hydra avec Tipeee en cliquant ICI

Et si vous regardiez des vidéos de meilleure qualité grâce à un micro blue yeti ? Cliquez sur la petite image juste au-dessous pour en savoir plus :

Blue yeti

 

L'espoir imperceptible

LES CHRONIQUES DES NAACALS

Saga littéraire de Fantasy

Début de la rédaction : 23 juin 2015

Auteur : Jack Hydra (également administrateur du site)

Se décompose en opus.

Synopsis :

            Le monde n’était pas tel que nous le connaissons. Et chaque homme et chaque femme n’étaient pas tels qu’ils sont aujourd’hui. C’est sur cette planète que nous appelions autrefois Tiamat, et plus particulièrement sur ce continent que nous appelions la Terre Providentielle, qu’émergea la première grande civilisation de l’Histoire de l’Humanité : la Civilisation des Naacals. Laquelle civilisation, qui conquit presque tout Tiamat, fut gouvernée par un Empereur sage et généreux, qui veillait au bien-être de tous ses sujets, peu importe leur âge, leur situation … Ce récit, Les Chroniques des Naacals, ou L’Encyclopédie pour les plus intellectuels, retrace l’aventure extraordinaire de ces hommes et ces femmes ordinaires qui, par leur témérité, leur persévérance et leur désir d’humanité, ont su construire la société la plus prodigieuse qui ait jamais existé.

            Rejoignez Gaal Ihed et son amie Guëlle Dolen sur le chemin des Perendils – les Cinq Pierres Sacrées – et entamez avec eux un voyage à travers les contrées les plus hostiles de la Terre Providentielle. Tous deux vont devoir faire preuve de courage et de fermeté, car des ennemis bien plus redoutables que Marmand se mettront en travers de leur route.

Cf "Infos sur la saga"

Homme soleil

 

Enfin, je me réveille, ce n’est pas trop tôt !

Je veux dire, je n’ai jamais autant dormi que depuis ces dernières années. Et pourquoi ? Seul Tzkol le sait. Pourtant, je sens que ma mission, là, maintenant, est d’en trouver la réponse. Je sais que je ne dois pas flancher, car le voyage ne fait que commencer.

Je me rends compte à quel point j’ai été ignorant, arrogant et si peu… inextinguible !

Je me reposais sur mes lauriers, sans vouloir décoller plus haut, car j’étais tellement sûr de mon issue. De nos jours, je me dis : comment ai-je pu être aussi bêta ? Non, me dis-je au fond, je n’ai pas à endosser la responsabilité de ce manque de clairvoyance. J’étais absorbé par le troupeau !

Mais je suis sorti de mon trou trop étroit, pour embrasser la chaleur de la liberté pleine et entière, reniant ainsi toute forme d’autorité, de discipline et de conformisme inutile.

De loin, tandis que je déambule tel un sot sans candeur, m’évitant ainsi de me faire importuner, j’observe ces bourges bien en chair dans leurs vêtements faits de la main d’enfants décharnés. Je me sens fort et impuissant à la fois. Fort car mon être réclame que justice soit faite, la vraie justice, pas celle de ceux qui mouillent leurs braies de peur de perdre leurs privilèges ! Mais impuissant car mon corps refuse d’y aller. Le drapeau du Fief Noir, secoué par le vent orageux de l’été, m’inspire une terreur qui s’est fichée jusque dans mon cœur.

Mais une once d’espoir m’effleure soudain, oui une once, car je me rends compte d’une chose : il suffit que le vent se fasse plus violent pour que le drapeau s’envole vers le Ciel Sans Frontières.

Il viendra le temps où les idées, les émotions créatrices et vigoureuses, et les étreintes sincères qu’on a préféré oublier, fleuriront à nouveau sous le soleil printanier, symbole du renouveau et de l’espoir infini de Tzkol le Bâtisseur : celui de voir enfin ses enfants, tous ses enfants, briller.

Je garde espoir, même s’il est infime et imperceptible,

Je garde espoir, même s’il s’agit de frôler la folie,

Je garde espoir, quitte à en perdre la Vie.

Gaal Ihed, Les Prémisses d'un Carnet de Bord

Retour page d'accueil

Prose précédente : Avalon la Séductrice

L'histoire qui suit : La feinte du jeune écervelé

Blog

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau