Soutenir Ben de la page blanche au livre Photo jack hydra avec Tipeee en cliquant ICI

Et si vous regardiez des vidéos de meilleure qualité grâce à un micro blue yeti ? Cliquez sur la petite image juste au-dessous pour en savoir plus :

Blue yeti

 

L'Autre Monde

LES CHRONIQUES DES NAACALS

Saga littéraire de Fantasy

Début de la rédaction : 23 juin 2015

Auteur : Jack Hydra (également administrateur du site)

Se décompose en opus.

Synopsis :

            Le monde n’était pas tel que nous le connaissons. Et chaque homme et chaque femme n’étaient pas tels qu’ils sont aujourd’hui. C’est sur cette planète que nous appelions autrefois Tiamat, et plus particulièrement sur ce continent que nous appelions la Terre Providentielle, qu’émergea la première grande civilisation de l’Histoire de l’Humanité : la Civilisation des Naacals. Laquelle civilisation, qui conquit presque tout Tiamat, fut gouvernée par un Empereur sage et généreux, qui veillait au bien-être de tous ses sujets, peu importe leur âge, leur situation … Ce récit, Les Chroniques des Naacals, ou L’Encyclopédie pour les plus intellectuels, retrace l’aventure extraordinaire de ces hommes et ces femmes ordinaires qui, par leur témérité, leur persévérance et leur désir d’humanité, ont su construire la société la plus prodigieuse qui ait jamais existé.

            Rejoignez Gaal Ihed et son amie Guëlle Dolen sur le chemin des Perendils – les Cinq Pierres Sacrées – et entamez avec eux un voyage à travers les contrées les plus hostiles de la Terre Providentielle. Tous deux vont devoir faire preuve de courage et de fermeté, car des ennemis bien plus redoutables que Marmand se mettront en travers de leur route.

Cf "Infos sur la saga"

femme autre monde

mamietitne.centerblog.net

Découverte de l'Autre Monde

Perdu dans de perfides contrées, je tournicote, espérant trouver cette Flamme Exquise qui m’attire tant, pour ne plus avoir l’air d’un rejeton, qui reste agrippé au sein de sa mère. Mais plus je cherche, plus je m’égare, loin des sentiers si bien tracés sur lesquels je me suis construit, loin de ceux qui m’exaspèrent en me soumettant leurs règles, loin de l’attendu, du prévisible et du parfait !  

Ah, que j’aime cette puanteur si douce que l’on répand au sein de ce qu’on appelle une communauté, pour faire valoir notre audace, notre esprit mal placé, notre gueule vicelarde ! Alors que ma mauvaise réputation commence à me précéder, tel un joyeux virus prenant possession de la terre, je me tourne vers les Sentiers Escarpés de la Montagne Impure pour lécher les mamelles de Mère Jouissance. Oh, divine Hangawa, Patronne de toutes les femmes, emporte-moi loin de la zone, où tout est froideur, sobriété et où se multiplient les rêves brisés, pour aller vers la Liberté, le Royaume Occulte du Plaisir, le Sanctuaire Sacré de ce Trésor qu’on appelle la Vie !

Là, je vole au-dessus des autres, de vous et de moi-même, pour retrouver la Deirdre de mes rêves. Je la vois qui ouvre les bras, se tournant dans ma direction, exprimant l’accueil de mon corps, de mes émotions, de mon âme.

Nous nous embrassons, nous enlaçons, ne formant plus qu’une seule entité – le  Couple Cosmique – succédant à Ramaha et Hangawa, Père et Mère de Tzkol le Bâtisseur, pour reproduire ce schéma si ardent de l’Ordre Naturel. Alors, perdu non plus dans de perfides contrées, je commence à percevoir les bois, puis le regard d’un cerf blanc qui brame, m’appelant pour le suivre dans le Pays Caché, l’Autre Monde.

Poèmes perdus des Rebelles Martyrs de l'Ere du Chaos

Retour page d'accueil

Poème précédent : L'errance sentimentale de Maître Marddin

Poème suivant : A la recherche du bonheur...

Blog

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau