la légende d'Avalon

Soutenir Ben de la page blanche au livre Photo jack hydra avec Tipeee en cliquant ICI

Et si vous regardiez des vidéos de meilleure qualité grâce à un micro blue yeti ? Cliquez sur la petite image juste au-dessous pour en savoir plus :

Blue yeti

 

Gaal aux armées d'Avalon

LES CHRONIQUES DES NAACALS

Saga littéraire de Fantasy

Début de la rédaction : 23 juin 2015

Auteur : Jack Hydra (également administrateur du site)

Se décompose en opus.

Synopsis :

            Le monde n’était pas tel que nous le connaissons. Et chaque homme et chaque femme n’étaient pas tels qu’ils sont aujourd’hui. C’est sur cette planète que nous appelions autrefois Tiamat, et plus particulièrement sur ce continent que nous appelions la Terre Providentielle, qu’émergea la première grande civilisation de l’Histoire de l’Humanité : la Civilisation des Naacals. Laquelle civilisation, qui conquit presque tout Tiamat, fut gouvernée par un Empereur sage et généreux, qui veillait au bien-être de tous ses sujets, peu importe leur âge, leur situation … Ce récit, Les Chroniques des Naacals, ou L’Encyclopédie pour les plus intellectuels, retrace l’aventure extraordinaire de ces hommes et ces femmes ordinaires qui, par leur témérité, leur persévérance et leur désir d’humanité, ont su construire la société la plus prodigieuse qui ait jamais existé.

            Rejoignez Gaal Ihed et son amie Guëlle Dolen sur le chemin des Perendils – les Cinq Pierres Sacrées – et entamez avec eux un voyage à travers les contrées les plus hostiles de la Terre Providentielle. Tous deux vont devoir faire preuve de courage et de fermeté, car des ennemis bien plus redoutables que Marmand se mettront en travers de leur route.

Cf "Infos sur la saga"

Voici un passage célèbre de la légende d'Avalon avec Gaal Ihed :

 

Kàn, la Cité des Anges, des Savants et de la Lumière est sur le point de tomber. Pourtant, nul besoin de faire un procès de cette insignifiante décadence, puisque je refuse de me prosterner devant une telle couardise !


Marmand ainsi que Arne Zaïeder, et leurs légionnaires pourfandeurs de Bien et de Prospérité sont aux portes de la Ville. Chers Avaloniens, nos soldats sont abattus, nous avons perdu beaucoup des nôtres, nos murs peuvent s'effondrer à tout moment, laissant le champ libre aux misérables mercenaires des Terres Désolées, et des Ogres aux yeux de vermine et aux dents de loup. En somme, devons-nous nous résigner pour autant ? Devons-nous renoncer à ce que vous avez mis tant d'années à construire ? Devons-nous abandonner notre prestige, notre honneur, notre dignité, pour devenir esclaves de ces chiens qui n'ont ni retenue, ni vaillance vraie, ni même de sentiment véritable ? De tout mon coeur et au nom de Vivienna la Grande Reine, au nom de toutes les Prêtresses, au nom du peuple d'Avalon, au nom de tout le Pays de Kui et au nom de l'Illustre Terre Providentielle, je refuse de livrer mon corps, mon âme à ses démons, et à me laisser gouverner par un illégitime despotisme. Et je vous engage à faire de même, Chers Avaloniens, au nom de tous ceux que nous avons perdus et au nom de la Liberté, pour que chacun d'entre nous continue à vivre avec fierté et sérénité.


En cette ultime échéance, seule la Liberté triomphera ! Ou la Mort si c'est là notre destin. Mais jamais nous ne serons les jouets d'une telle manifestation de haine, de répression, d'hypocrisie et de violence gratuite. Nous sommes les seuls maîtres de notre existence. Et c'est dans cet état d'esprit que je vous engage à combattre, Habitants d'Avalon la Grande, nous sortirons victorieux ou nous périrons jusqu'aux derniers car c'est là notre seule Voie !


Alors, suivez-moi, Gardiens de votre Être, et par vos coups d'épée vous saisirez le sens de ses paroles ailées. Soyez aussi fougueux que les étalons sauvages des Collines Serpentines, soyez aussi vifs que l'Eclair qui s'abat sur la mer, soyez aussi dangereux que la plus féroce des Panthères Géantes, soyez plus vigoureux qu'un Bordastram, soyez plus violents que les Grandes Tornades, et soyez plus ardents que le feu des volcans !


Gaal Ihed aux armées d'Avalon, lors du siège de Kàn par les troupes de Marmand et d'Arne Zaïeder, le Sultan d'Abd Al Kad (Opus 3)

600875 347539131982703 948359046 n

Retour page d'accueil

Poème précédent : Ma sainte insolence

Poème suivant : Déployer ses ailes

Voir aussi : Le début d'une AVENTURE... Partir sac a dos guide bagpacker voyagezen 504x292 1

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau