battre un adversaire plus fort que soi

Soutenir Ben de la page blanche au livre Photo jack hydra avec Tipeee en cliquant ICI

Et si vous regardiez des vidéos de meilleure qualité grâce à un micro blue yeti ? Cliquez sur la petite image juste au-dessous pour en savoir plus :

Blue yeti

 

La guerrière de la forêt

LES CHRONIQUES DES NAACALS

Saga littéraire de Fantasy

Début de la rédaction : 23 juin 2015

Auteur : Jack Hydra (également administrateur du site)

Se décompose en opus.

Synopsis :

            Le monde n’était pas tel que nous le connaissons. Et chaque homme et chaque femme n’étaient pas tels qu’ils sont aujourd’hui. C’est sur cette planète que nous appelions autrefois Tiamat, et plus particulièrement sur ce continent que nous appelions la Terre Providentielle, qu’émergea la première grande civilisation de l’Histoire de l’Humanité : la Civilisation des Naacals. Laquelle civilisation, qui conquit presque tout Tiamat, fut gouvernée par un Empereur sage et généreux, qui veillait au bien-être de tous ses sujets, peu importe leur âge, leur situation … Ce récit, Les Chroniques des Naacals, ou L’Encyclopédie pour les plus intellectuels, retrace l’aventure extraordinaire de ces hommes et ces femmes ordinaires qui, par leur témérité, leur persévérance et leur désir d’humanité, ont su construire la société la plus prodigieuse qui ait jamais existé.

            Rejoignez Gaal Ihed et son amie Guëlle Dolen sur le chemin des Perendils – les Cinq Pierres Sacrées – et entamez avec eux un voyage à travers les contrées les plus hostiles de la Terre Providentielle. Tous deux vont devoir faire preuve de courage et de fermeté, car des ennemis bien plus redoutables que Marmand se mettront en travers de leur route.

Cf "Infos sur la saga"

Le début d'une AVENTURE... Partir sac a dos guide bagpacker voyagezen 504x292 1

 

Jamais Gaal n’avait été aussi en alerte qu’en cet instant, car battre un adversaire plus fort que soi n'était pas une mince affaire ! Malgré son jeune âge, il avait subi maintes épreuves au cours de sa vie. Ainsi, on pouvait le croire rôdé à n’importe quelle situation, mais jamais il n’avait encore eu à affronter une créature aussi dangereuse qu’une Femme aux Cheveux de Serpent. Le silex dans la main gauche, le bâton dans la droite, il ne fit plus un seul geste et attendit que son adversaire bondisse de son perchoir pour lancer ses premières attaques. De toutes manières, Gaal n’avait pas le choix car il était en position d’infériorité par rapport à son ennemie. Il fut alors au summum de sa concentration ; la Nymphe étant cette fois en appui sur ses quatre pattes, le regard perçant, révélant toute son agressivité, les griffes au bout de ses doigts qui se rallongeaient toujours plus, et l’extrémité de la queue tendue vers le ciel. Durant quelques secondes, celle-ci se tordit doucement pour diriger les pointes meurtrières vers sa future proie. Gaal comprit ce qu’elle allait tenter de faire. Il jeta un coup d’œil sur le côté et constata, par bonheur, qu’il y avait suffisamment de place pour effectuer une roulade. Il se tourna une dernière fois vers son adversaire puis, feignant d’être le plus imprévisible possible, il plongea sur le côté tel un combattant d’arène cherchant à éviter les flèches d’un archer.

Aussitôt, il se redressa sans lâcher ce qui lui servait d’armes et constata, horrifié, le nombre d’aiguilles empoisonnées plantées tels des javelots dans la terre, à quelques centimètres de lui. Mais il n’eut pas le temps de souffler car déjà, cette sorcière des eaux douces se préparait pour une nouvelle attaque. Alors il effectua la même parade sur l’autre côté, percevant simultanément les dards meurtriers s’enfoncer dans la terre. A peine le combat avait-il commencé que Gaal était déjà épuisé. L’adolescent, n’ayant pas autant d’énergie qu’un adulte, et encore moins qu’un Batailleur, savait qu’il serait à bout de souffle avant même qu’il puisse se débarrasser de son adversaire. Pour l’heure, c’était elle la plus maline car, étant hors de portée des coups de son jeune concurrent, et bénéficiant d’une arme de jet redoutable, elle pouvait l’épuiser comme bon lui semblait. Gaal, bien qu’il n’eût aucune expérience du combat, savait cela. Par conséquent, il n’avait pas d’autre choix que de tenir le coup. A aucun moment il ne devait se montrer faible, car ce serait une occasion pour la Nymphe de lui donner le coup de grâce.

La lutte dura plusieurs instants ainsi, la créature des Etangs Troubles projetant ses pointes avec une extrême cruauté, et Gaal échappant à chaque seconde de justesse à la mort. Un poing de côté le torturait au niveau du diaphragme. Cela dit, il essaya de ne pas y prendre garde en restant attentif aux intentions de son détracteur. Mais une once d’espoir envahit subitement son cœur quand il se rendit compte que la Nymphe perdait patience. Celle-ci semblait en effet gagnée par la colère car elle ne parvenait pas à terrasser sa proie. Alors, comme l’avait souhaité Gaal, elle abandonna son perchoir pour atterrir en douceur sur ses deux pattes arrière, son arme de jet restant hors d’usage pour les prochains rounds. Elle se tenait debout cette fois et ses griffes, par rapport aux premiers instants du duel, étaient encore plus longues, ce qui alerta le jeune garçon, qui déglutit difficilement. Tous les deux se mirent en garde, la sorcière légèrement penchée en avant, les mains griffues tendues sur les côtés, et Gaal, pratiquement dans la même position, le bras qui tenait le bâton lui barrant la ceinture abdominale et l’estomac. Le tournoi au corps à corps pouvait commencer.

Durant un instant, l’idée lui était venue de brandir sa sphère devant son ennemie. Mais celle-ci ayant perdu sa splendeur, la Nymphe y serait-elle sensible ? Cela était peu probable. Par conséquent, Gaal n’avait pas d’autre choix que d’affronter la créature dans un combat singulier. Et celui-ci de débuter avec trois puissants coups portés par la harpie des eaux, que l’adolescent esquiva avec une étonnante adresse. Non seulement il évita de graves blessures qui auraient pu être engendrées par les griffes, mais il contre-attaqua en donnant de formidables coups de bâton et de silex. Tantôt il barrait les divers chocs, tantôt il en envoyait, le plus souvent dans la mâchoire. Pendant cette lutte acharnée, il lui était impossible de voir son visage mais il sentait bien que ses joues étaient rouges et qu’il était tout en sueur. Son rythme cardiaque s’emballait à chaque seconde mais il tenait bon, car il n’avait aucune envie de servir de plat principal à une horrible sorcière des eaux. Alors que, durant un instant, il pensait avoir l’avantage, le monstre saisit fermement son bâton et effectua un balayage du pied droit, lequel fit cruellement chuter Gaal près du bord de la rivière. Blessé, fatigué, les genoux et la tempe ensanglantés, il comprit que sa dernière heure était venue. Son aventure allait s’achever ici, dans cet endroit infect, à la merci d’un des plus grands prédateurs de cette forêt. Au moment où celle-ci se tenait juste au-dessus de lui, il tenta une contre-offensive désespérée en brandissant son silex. Mais son adversaire ne l’avait pas épargné et Gaal, malgré son ardeur combative, avait le bras engourdi et sa vue commençait à se brouiller. Ainsi, la malfaisante créature écarta sans difficulté le membre armé pour l’écraser de son pied droit sur le sol terreux. Sentant qu’elle allait lui donner le coup de grâce, le jeune garçon ferma les yeux en murmurant une prière au dieu Tzkol :

« Pitié, faîtes que tout se termine au plus vite. »

Malgré ses incessants efforts, il n’échapperait pas à la Faucheuse. Soudain, alors qu’il avait les yeux fermés, il perçut le cri effroyable de son adversaire qui l’avait manifestement libéré de son étreinte mortelle et, simultanément, des battements d’ailes qui lui ébouriffaient les cheveux comme le vent du Nord. Il rouvrit les yeux et, tandis qu’il était encore allongé, il vit, à travers les feuilles des arbres les plus proches, une forme sombre et gargantuesque s’envoler vers une destination inconnue, la Nymphe Maudite prisonnière de ses impitoyables serres. Un Spectre aux Ailes Pointues venait d’attraper le dîner pour ses petits. Quant à Gaal, ce dernier était heureux de savoir que Tzkol avait écouté sa prière !

600875 347539131982703 948359046 n

Retour à la page d'accueil

Episode précédent : Hallucinations prémonitoires

 

Aller à : Le début d'une nouvelle vie ?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau