défenseur de la justice

Soutenir Ben de la page blanche au livre Photo jack hydra avec Tipeee en cliquant ICI

Et si vous regardiez des vidéos de meilleure qualité grâce à un micro blue yeti ? Cliquez sur la petite image juste au-dessous pour en savoir plus :

Blue yeti

 

Un héros des temps anciens

LES CHRONIQUES DES NAACALS

Saga littéraire de Fantasy

Début de la rédaction : 23 juin 2015

Auteur : Jack Hydra (également administrateur du site)

Se décompose en opus.

Synopsis :

            Le monde n’était pas tel que nous le connaissons. Et chaque homme et chaque femme n’étaient pas tels qu’ils sont aujourd’hui. C’est sur cette planète que nous appelions autrefois Tiamat, et plus particulièrement sur ce continent que nous appelions la Terre Providentielle, qu’émergea la première grande civilisation de l’Histoire de l’Humanité : la Civilisation des Naacals. Laquelle civilisation, qui conquit presque tout Tiamat, fut gouvernée par un Empereur sage et généreux, qui veillait au bien-être de tous ses sujets, peu importe leur âge, leur situation … Ce récit, Les Chroniques des Naacals, ou L’Encyclopédie pour les plus intellectuels, retrace l’aventure extraordinaire de ces hommes et ces femmes ordinaires qui, par leur témérité, leur persévérance et leur désir d’humanité, ont su construire la société la plus prodigieuse qui ait jamais existé.

            Rejoignez Gaal Ihed et son amie Guëlle Dolen sur le chemin des Perendils – les Cinq Pierres Sacrées – et entamez avec eux un voyage à travers les contrées les plus hostiles de la Terre Providentielle. Tous deux vont devoir faire preuve de courage et de fermeté, car des ennemis bien plus redoutables que Marmand se mettront en travers de leur route.

Cf "Infos sur la saga"

Le début d'une AVENTURE... Partir sac a dos guide bagpacker voyagezen 504x292 1

 

« Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, comme dirait l’un de nos Sages, en tout cas pour les Grandes Gens. Oui, jusqu’à ce qu’un guerrier autonome, véritable défenseur de la justice, vivant en-dehors de cette civilisation insignifiante, ne vienne troubler le règne du dernier Roi Solitaire, Ronän. Ce guerrier répondait au nom d’Herkélion. Il était né dans le centre du continent. Parmi tous les habitants de Hamsh Hum Nân, le royaume des Grandes Gens à cette époque, il était le seul à contester l’autorité de Ronän, ainsi que tous les principes qui constituaient la nation Humaine (« Humaine ?! Songea Gaal, stupéfait, comme s’il venait d’être frappé par un éclair, j’ai déjà entendu ce mot quelque part »). A l’origine, il n’était qu’un simple fermier qui avait hérité de l’exploitation (je réfute ce terme) de son père. Et il avait épousé une jeune femme pauvre qui habitait dans le village voisin. Le couple eut trois enfants, un garçon et deux filles. Ceux-là furent jugés par les autres bambins de bâtards incultes. En effet, leurs parents étaient trop pauvres pour leur offrir une éducation enrichissante. Par conséquent, les enfants devinrent plus stupides encore et furent la risée de leurs camarades du village. Peu à peu, Herkélion se mit à nourrir une haine féroce envers la société dans laquelle il avait évolué car celle-ci, ainsi qu’il le pensait, était source d’inégalités et d’injustices. Sa plus grande erreur est d’y avoir entraîné sa famille. En effet, pour avoir traité le roi de bourreau du peuple et jugé l’Etat comme une entité pourrissante et dépourvue de sens, il fut enfermé dans les douves du palais de Ronän. Celui-ci ayant été sensible aux charmes de son épouse, celle-ci et ses enfants purent bénéficier de la générosité du souverain et vivre décemment, comme de vrais courtisans. Herkélion, quant à lui, fut condamné à finir ses jours dans les oubliettes.

« Mais il échappa à son sort car il parvint à se construire un réseau qui comptaient d’autres prisonniers et esclaves comme lui. Progressivement, il retrouva sa confiance en lui, même si sa frustration torturait toujours son âme. Avec ses nouveaux compagnons, ils échafaudèrent un plan ; ils parvinrent à neutraliser quelques gardes, à s’emparer de chevaux, de vivres et d’eau et à s’échapper vers les montagnes. Là-bas, Herkélion rencontra mes ancêtres, des Elendars. Lui et ses camarades commencèrent peu à peu à oublier le monde des Grandes Gens, pour laisser la place à la paix intérieure, la sérénité et le don de soi. Ils se mirent même à travailler pour nous et à vivre dans nos demeures, comme de vrais Drax. Ils adoptèrent très vite toutes nos valeurs, lesquelles étaient fondées sur le développement de notre humanité (car nous sommes des Humains, à la base, rappelle-toi quand Tzkol rencontra le couple dans l’espace) et l’idéalisme. Ainsi, ils décidèrent de rester en notre monde pour toujours. Pourtant, ils ne pouvaient continuer ainsi (ce propos surprit Gaal) car ce n’était pas leur monde. Le vrai courage, en ce qui les concernait, était de retourner dans leur communauté même si celle-ci leur paraissait insignifiante. Alors Herkélion, tel un lion en quête d’une couronne, décida d’apprendre à se battre comme un Drax. Il décida, dès le premier jour de son entraînement, que Ronän paierait pour tous ses crimes et que Hamsh Hum Nân deviendrait vraiment comme il l’imaginait. Il travailla dur pendant plusieurs mois. Au bout d’un an, il était devenu le plus puissant des guerriers, à un point tel qu’il put rivaliser avec le fils du doyen de la cité. Ses hommes s’étaient autant entraînés que lui. Alors, avec une rage et une détermination sans égales, ils reprirent le chemin de leur royaume dans le seul et unique but de détruire ce que les Rois Solitaires avaient construit. Avec son tact et son charme naturel, Herkélion put s’attirer la sympathie d’autres marginaux comme lui qui détestaient également Ronän. Il les entraîna et réussit à faire d’eux d’impitoyables combattants. Puis cette armée de soldats d’une nouvelle ère continua son voyage à travers la Terre Providentielle. Progressivement, ils libérèrent des villages et des fermes qui étaient sous l’emprise des légions de Ronän. Peu à peu, ils arrivèrent à la principale cité, celle qui dominait tout le bassin du Sud. Ils la prirent d’assaut et infligèrent aux légions de Ronän des dégâts considérables. L’armée des Rebelles comptait énormément d’hommes, peut-être plus que celle du Roi. Plus nombreux, ils purent pénétrer dans la ville. La cité fut à eux. Ronän n’eut pas d’autre choix que de rendre sa couronne. Herkélion récupéra femme et enfants.        

« Mais tout n’alla pas pour le mieux par la suite. Les guerriers du héros voulurent massacrer non seulement les soldats du roi mais aussi les femmes et les enfants. Herkélion tenta de s’opposer à l’impulsivité de ses hommes. Comme il fut le nouveau suzerain de Hamsh Hum Nân, il proclama que le massacre gratuit serait interdit et décida que les survivants du siège, ceux qui étaient du côté de l’ancien roi, devaient être traités avec humanité et non avec animosité. Mais c’est alors qu’il découvrit le vrai visage des hommes qu’il avait entraînés et menés ; ces derniers avaient bien trop souffert par le passé pour laisser les responsables de l’ancien régime en vie. Mécontents des décisions du nouveau chef, ils le capturèrent, le torturèrent, massacrèrent sa famille puis le massacrèrent lui. Herkélion périt sous les lances de ses propres hommes. Les Rebelles, après cet acte odieux, envahirent tout le reste du Royaume ; ils tuèrent les hommes, violèrent les femmes et jetèrent les bébés du haut des falaises de l’Ouest. Tandis qu’il était censé s’atténuer, le Grand Chaos perdura. Et les Elendars mes ancêtres eurent le cœur brisé, car ils pensaient sincèrement que la Prophétie se réaliserait grâce aux actions d’Herkélion. Lequel, les Sages en étaient certains, incarnait parfaitement cet Enfant-Prophète que nous attendions tous (et que nous attendons toujours). Quant aux Cinq Perendils, elles passèrent de main en main suivant les batailles et ceux qui s’improvisaient chefs (illégitimement). Au bout d’un moment, elles disparurent.

« Le monde des Grandes Gens connut une nouvelle ère de troubles et de tumultes. Le royaume de Hamsh Hum Nân fut disloqué en plusieurs comtés et principautés. La loi du plus fort fut réinstallée, et seuls ceux qui s’en servaient survivaient. Chez les Elendars, l’espoir de voir un jour la Prophétie se réaliser s’estompa progressivement. »

600875 347539131982703 948359046 n

 

Retour à la page d'accueil

Episode précédent : Les Pierres Sacrées

 

Aller à : La nouvelle mission de Gaal

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau