Les personnes créatives

Soutenir Ben de la page blanche au livre Photo jack hydra avec Tipeee en cliquant ICI

Et si vous regardiez des vidéos de meilleure qualité grâce à un micro blue yeti ? Cliquez sur la petite image juste au-dessous pour en savoir plus :

Blue yeti

 

Les personnes créatives

Bonjour Aventuriers Naacals,

Ce jour sera consacré à un sujet très spécial. A vrai dire, il me touche particulièrement et je suis sûr qu’il touchera aussi bon nombre d’entre vous. Je vais vous parler des personnes créatives, plus précisément des créatifs artistiques. Et pour cela, je me base avant tout sur moi-même, sur mon propre ressenti. Alors, oui, je suis ce qu’on appellerait un artiste, mais sachez que je dis ça sans me vanter. En fait, c’est mon entourage qui le constate et qui m’a fait part de ce point de vue. Et, à vrai dire, je ne pense pas qu’ils ne se soient trompés sur mon compte ;)

Alors, pour être honnête, je vais avant tout me baser sur mes propres expériences. Je m’inspirerai de quelques articles que j’ai lus sur le sujet tel que celui-ci : http://www.huffingtonpost.fr/2014/03/11/la-creativite-18-choses-gens-creatifs_n_4935621.html

Vous avez lu ? Donc, c’est partie, je vous fais partager ma propre liste :

Le fait d’être ailleurs et d’en avoir besoin !

On ne le répétera jamais assez. Les personnes dites « créatives » ont VRAIMENT besoin d’échapper quelques instants, pour ne pas dire plusieurs heures, à la réalité ! Une réalité pas toujours plaisante, parfois morose, parfois trop grise, ajoutez tous les adjectifs négatifs que vous voulez. C’est essentiel pour elles, car c’est en rêvassant, en vagabondant vers d’autres horizons qui n’appartiennent qu’à elles, que la fonction créatrice peut intervenir. De nouvelles idées, de nouvelles visions, un quelque chose qu’elles n’avaient jamais imaginé auparavant, apparaissent soudain, sans qu’elles n’aient aucun effort à faire ! Les idées viennent d’elles-mêmes, comme ça, comme une charlotte aux fraises dans son assiette. ^^ Je me rappelle d’une anecdote que m’a fait mon professeur de violon sur Mozart : le célèbre compositeur aurait écrit dans une lettre adressée à son contemporain Haydn, qu’il suffisait d’une balade en forêt pour que la mélodie lui vienne immédiatement en tête, comme un pâté (de cerf ?) servi dans une assiette. Je ne me souviens plus de la phrase exacte mais l’important est que vous compreniez l’idée. Le fait que l’esprit voyage vers des contrées mystérieuses et imaginaires favorise grandement la créativité.

On voyage dans des mondes parallèles

Mondes paralleles

Dick Pelletier

Dans la continuité du paragraphe précédent, j’aborderai le fait d’entrer en transe, c’est-à-dire dans un état émotionnel où se mêlent certains critères de la réalité, d’autres du vécu et d’autres encore de ce que j’appelle « l’imaginaire pur » se rencontrent et fusionnent pour former un tout harmonique. Par « imaginaire pur », j’entends tout ce qu’on pourrait vivre dans le futur, tout ce qu’on pourrait vivre dans le passé et toutes les représentations que l’on se fait des mondes différents du nôtre. Des mondes dans lesquels on aime s’y perdre. Quand on est dans cet état, nul ne peut nous déranger, car on est sorti de notre propre tête. Du coup, on n’entend plus, on ne voit même plus ce qui se passe autour de nous. On est « hors champ ». J’aime bien cette expression de « hors champ » car elle sous-entend que non seulement on n’est plus dans la réalité, mais qu’on est carrément dans une autre dimension. Notre esprit voltige pour aller je ne sais où. Bon, j’arrête là, ou je vais finir par me répéter :p

La solitude n’est pas subie, elle est au contraire un cadeau que nous fait la vie

N’entendez pas par là qu’il faut être égoïste et chasser toutes formes de compagnie pour être heureux/se quand on est une personne créative. Mais disons que, en complément des deux paragraphes précédents, laisser son esprit vagabonder comme bon lui semble pour atteindre cet état de transe requiert une certaine condition : ça ne peut se faire que dans la solitude. Bon, c’est très subjectif, on peut être aussi seul en étant dans un groupe. Et je dois dire que ça m’est déjà arrivé, plusieurs fois même ! Ce qu’il ne faut surtout pas, c’est qu’on vous déstabilise pendant que vous êtes plongé(e) dans votre « état ». Après, je le précise même si vous le savez peut-être déjà : les gens moins créatifs ou pas du tout ne comprennent pas toujours ce besoin d’être dans sa bulle (je n’aime pas cette expression mais je ne trouvais pas d’autre façon de le dire), ce qui est fâcheux ! Si vous êtes comme moi, vous savez ce que je veux dire ;)

Vouloir vivre à tout prix de ses passions

« Choisissez un travail que vous aimez, et vous n’aurez jamais à travailler un seul jour dans votre vie »

Confucius

Plus facile à dire qu’à faire, me diront certains. Ce n’est pas faux, et ce pour plusieurs raisons. La première, celle que la plupart des gens revendiquent, c’est « Je n’ai pas le temps », « J’ai des responsabilités », « Tu ne te rends pas compte, toi, de ce que ça représente, il faudrait que je laisse tomber toute cette vie, que je sorte des sentiers battus ». Assurément ! Ca nécessite un certain courage, une volonté infaillible et une (quasi) absence de peur. Mais on se retrouve également face à un obstacle qui n’est pas à négliger : le point de vue de notre entourage, le regard des autres, l’exposition à la critique. Ce qui peut être vraiment dur à affronter est la réaction des proches, des êtres qui nous sont le plus chers. Je me souviens un jour avoir demandé à ma tante au téléphone : « Vous (elle, mon oncle, mon frère…) ne croyez pas en moi, c’est ça ? » Sa réponse : « Ben non, non, désolé. » Rien que d’entendre ça, ça fait mal ! Alors, la tentation serait de tout arrêter pour enfin rentrer dans le moule. Mais ce serait une grosse erreur, pour ma part. Et puis, étant une personne déterminée, quand je commence quelque chose, je le finis. C’est une question de principe. Alors, malgré toute l’affection que j’ai pour les membres de ma famille, je persévère dans mes projets, car je sais qu’un jour ils décolleront ! Voilà ce qu’il faut retenir dans ce paragraphe : une personne créative, sûre de ce qu’elle veut, ne laisse jamais personne la détourner de son objectif. Elle garde la tête haute et continue à avancer, quoiqu’il arrive !

Le goût du risque

Bapteme biplace parapente3

VIREVOLTE - Ecole de Parapente (Louron, Hautes-Pyrénées) labelisée FFVL

Par goût du risque, il faut comprendre « nouvelles expériences ». Quoi de mieux que l’expérience pour entretenir l’inspiration ! En effet, une personne créative aime pratiquer de nouvelles activités, de nouveaux jobs, changer d’air, tout simplement. Je vous ai parlé plus haut de la quasi absence de peur : par goût du risque, il faut aussi l’entendre par l’envie d’accomplir quelque chose a priori inaccessible, d’exercer un métier qui, soi-disant, n’a pas beaucoup de débouché. En ce qui me concerne, je ne me préoccupe pas vraiment de l’avenir, je vis dans l’instant présent, ce que me reprochent parfois certains membres de ma famille. Il est vrai qu’anticiper est un vrai challenge pour moi. Mais ce n’est pas le cas de toutes les personnes créatives, je pense. On peut aussi comprendre le goût du risque par l’envie de créer un nouveau style, comme Monet avec son Impression soleil levant qui a donné son nom au célèbre mouvement : l’impressionnisme. A chacun son défi !

La routine tue l’inspiration

Les habitudes sont le principal ennemi de la personne créative. Je me répète un peu avec le paragraphe précédent, mais perso, une vie du genre métro-boulot-dodo est loin d’être mon dada ! Franchement, prendre son café tous les matins à 6h30 pour se taper une heure de transport en commun et ensuite travailler dans un bureau de 9h à 18h, puis refaire le chemin inverse, et ça tous les jours : vous trouvez ça séduisant, vous ? Bon, après, chacun son style de vie. Je ne me permettrai pas de juger. Mais sachez que l’inspiration, c’est le cas pour moi en tout cas, s’entretient par l’aventure, le goût du risque, et le goût des belles choses ! Je pense qu’il nous faut voir chaque jour comme une nouvelle aventure, comme quelque chose de différent, comme une nouvelle opportunité de nous dépasser. L’Univers est constamment en mouvement, rien n’est permanent, et chaque jour n’est jamais pareil. Voilà pourquoi il faut entretenir notre âme d’aventurier, parce que rien n’est acquis et que la vie nous bombarde d’obstacles qu’il nous faut surmonter si on veut devenir quelqu’un de meilleur. Alors, ne baissons pas la tête et continuons à avancer !

L’observation est indispensable pour la crédibilité de nos œuvres

Observe look magnifying glass1

Daniel w. Jacobs

Les gens créatifs, les écrivains pour la plupart (c’est mon cas), ont toujours un carnet sur eux pour noter toutes leurs observations, sur les gens, leurs réactions, sur la vie en général. Et c’est à partir de ce qu’ils mettent dans leur carnet qu’ils peuvent écrire leurs plus belles pages, pour le cas des écrivains, du moins. Quoi de plus agréable que de composer sur un personnage important à partir de nos observations ! Si vous pensez avoir une âme d’écrivain, je vous engage à en faire autant : oui, allez-y, sortez de chez vous, marchez tranquillement dans la rue tout en observant les gens (discrètement bien sûr) et notez tout ce que vous pensez être utile pour la réalisation de vos œuvres. Vous m’en direz des nouvelles ;)

L’importance des échecs

 « Les personnes créatives échouent, et celles qui sont vraiment douées échouent souvent »

Dixit Steven Kotler (cf article sur huffingtonpost)

Vous l’aurez compris, une personne créative n’est jamais satisfaite. Il lui faut du temps pour trouver ce qui lui convient vraiment, que ce soit dans ses œuvres que dans la vie en général. Combien de fois un romancier relira et corrigera son « bébé » avant de le présenter à un éditeur ? Combien de fois un poète va-t-il recommencer son poème ou sa prose avant d’aboutir à quelque chose de presque parfait ? Combien de temps un musicien répétera-t-il son concerto ou sa chanson avant de l’interpréter en public ? En fait, il lui faut du temps pour tout : pour apprendre, pour maîtriser, pour approfondir et enfin pour proposer. Les gens créatifs sont habitués à échouer et, de fait, ils deviennent plus persévérants que jamais. Par ailleurs, leur esprit étant bourré de paradoxes, il leur faut du temps pour trouver le métier qui leur corresponde, puisqu’il leur faut déjà du temps, plus que la plupart des gens, pour bien se connaître.

Nous relions des points qui paraissent différents

C16c24597b9bd04 file

Patrice Berthiaume

C’est là qu’ils surprennent leur entourage car ils ont tendance à relier des notions qui n’ont aucun point commun. Dans mon cercle d’amis, je connais des personnes qui, voulant écrire un roman, faisaient intervenir pratiquement tous les genres : aventure, fantastique, science-fiction, érotique… J’ai ensuite lu quelque part que pour écrire un roman, il fallait prendre le temps de bien choisir le genre, car il n’y a rien de pire que de s’éparpiller. La personne qui a dit ça (une écrivaine) n’avait pas tout à fait tort. Cela dit, je pense qu’on peut créer quelque chose de génial en choisissant un premier genre, qui sera le genre principal, et en faisant intervenir d’autres genres en complément. Par exemple, le genre science-fiction peut très bien s’accorder avec le genre aventure (ex : Star Wars). On peut même inventer une intrigue policière dans un contexte futuriste, la littérature de SF abonde de ce type d’ouvrages : Minority Report et Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (Blade Runner) de Philip K. Dick en sont de parfaits exemples. Tout cela pour vous dire que rien n’est vraiment incompatible. Entre nous, si les atomes n’interagissaient pas entre eux pour former des molécules, le monde ne serait pas tel que nous le connaissons ;)

Pour conclure, je dirai que les gens créatifs ont bien d’autres qualités auxquelles je n’ai pas pensé. Si vous songez à une qualité en particulier, je vous invite à m’en faire part dans vos commentaires. Alors, à vos claviers !

Au plaisir de vous lire,

Jack ;)

Retour page d'accueil

Article précédent : Interstellar

Article suivant : Et si on parlait d'amour

Et pour aller plus loin : Le début d'une AVENTURE... Partir sac a dos guide bagpacker voyagezen 504x292 1

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (10)

DorothyGeoge
  • 1. DorothyGeoge | 19/07/2017

Revolutional update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas breaking of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another size-types of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? You can find a lot of demo videos about XEvil in YouTube.
See you later!


XRumer20170718

DorothyGeoge
  • 2. DorothyGeoge | 17/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas regignizing of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another types of captchas,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM programms: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other programms.

Interested? You can find a lot of demo videos about XEvil in YouTube.
See you later ;)


XRumer20170717

Dorisacous
  • 3. Dorisacous | 14/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil":
captchas solving of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another subtypes of captchas,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other programms.

Interested? You can find a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
Good luck!


XRumer201707

jackhydra
  • 4. jackhydra | 23/03/2016

nathalie et Paméla, merci pour vos témoignages ^^
En effet, la vie ne nous fait pas toujours de cadeau, comme chacun le sait, mais c'est d'autant plus vrai, je pense, pour nous autres créatifs. Le plus difficile, pour un créatif, ce n'est pas forcément de vendre, mais de SE vendre, se faire connaître. Et, je l'avoue, en tant qu'écrivain, ce n'est pas facile, mais c'est une nécessité, si je veux faire de ma passion mon métier. Ce n'est pas la tâche que j'affectionne le plus, mais disons que je me sens un peu obligé de le faire. Au fond, je suis persuadé qu'un créatif, un vrai, ne cherche pas le profit, ni la reconnaissance, mais la passion, le bonheur de se consacrer pleinement à son œuvre. Chaque fois que l'on crée, rester dans l'instant présent ! Toujours !

Paméla

C'est exactement ça ! Comme une impression de profond désespoir si on est privé de notre créativité !
Une connexion incroyable comme si on nous soufflait les idées dans la tête !
Peu d'intérêt pour le la routine je suis d'accord si bien que mon souhait le plus cher est bien sûr de vivre de ma passion. Et c'est tellement important que tampis pour l'entourage qui ne comprendrai pas. En plein préparatifs pour sauter le pas!
Merci!

nathalie
  • 6. nathalie | 23/03/2016

Bonjour, merci pour cet article, simplement, j'aimerai dire par mon expérience, que j'ai toujours aimé créer, j'avais un blog et je m'éclatais chaque jour à montrer et faire des choses magnifiques. Puis l'envie d'avoir ma boutique, de fleurs. En autodidacte, pendant 4 années, j'ai relevé un magasin qui se noyait, (rachat d'une boutique déjà existante), je le tenais toute seule, les charges trop importantes ne me permettaient pas de me payer ou de payer quelqu'un. J'avais les fleurs autour de moi, le plaisir de créer n'était que très court, il fallait faire, faire faire, au plus vite pour remplir le magasin, petit à petit la flamme s'éteint, plus de vie de famille, plus de fêtes, plus de vie tout court. Je remercie le ciel pour l'envoie de cette personne qui m'a sauvée de cette "prison", un an et demi après, je me relève, après une bonne dépression, mais créer, maintenant, c'est autre chose, je n'ai plus envie de faire "du bricolage", pour le poser ou le jeter par la suite, faire quelque chose pour le vendre, je ne veux plus travailler les we et sacrifier ainsi la vie de famille, et j'avoue que l'artiste c'est un peu perdue, elle a les doigts qui la chatouille, mais rien ne vient. En plus je touche à tout, mais finalement rien. Cette expérience de commerce a cassé quelque chose, de mes sentiments aussi pour le commerce, la société, les clients égoïstes. L'état. Pendant 4 années ne pas être payé, et vous le savez, par la suite, pas d'allocations d'aide, plus de sécu bref... Mais je reste positive, je remonte la pente, car l'artiste ne s'est juste qu'endormie...

jackhydra

Ce sujet fera réagir pas mal de personnes, je pense ^^ Merci pour ton com, Caroline !

Caroline

Oh que je me retrouve dans cette description. Je n'y mets pas le même vocabulaire (je vais parler de connexion avec l'Univers par exemple au lieu "d'être ailleurs"), mais ce ne sont que des mots. Les sensations sont exactement les mêmes :-)

jackhydra

Merci Paul, c'est un sujet qui me touche car il me concerne bien aussi ;) Comme je l'ai dit, mon analyse perso est basée sur mes propres expériences. C'était une façon de plus pour moi d'apprendre à se connaître encore mieux !

Paul Eric Allegraud
  • 10. Paul Eric Allegraud (site web) | 07/03/2016

L'article du Huffingtonpost décrit bien les processus de la création. Je m'y retrouve totalement, que ce soit dans la rédaction que tu cites ou dans ton analyse personnelle.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau