Interstellar

Soutenir Ben de la page blanche au livre Photo jack hydra avec Tipeee en cliquant ICI

Et si vous regardiez des vidéos de meilleure qualité grâce à un micro blue yeti ? Cliquez sur la petite image juste au-dessous pour en savoir plus :

Blue yeti

 

Interstellar

Très chers/ères Aventuriers/ères Naacals,

Cet article, en plus du précédent sur les méchantes dans les films et les livres, a une certaine importance aussi pour moi. Oui, puisque je vais vous parler d’un de mes films préférés. Non, ce n’est pas Les Aventures d’Indiana Jones ! Ouf, je ne vous rabâche pas les oreilles (ou plutôt les yeux) avec ça :p Il s’agit d’un film d’un tout autre genre, genre que j’affectionne également : la science-fiction. J’en profite pour vous dire que je proposerai bientôt aux éditeurs Le Seigneur de la Planète Oubliée, le premier roman de mon « space opera ». C’est donc une bonne occasion pour vous parler non pas de Star Wars mais d’Interstellar.

Interstellar

Le film date un peu puisqu’il est sorti en novembre 2014 dans les salles mais il serait mal venu de ma part, en tant qu’amateur de SF, de ne pas vous en parler. Il s’agit de l’histoire d’un père de famille parti dans l’espace pour sauver la vie de ses enfants et de l’espèce humaine. Non, ce n’est pas un film du type Armageddon. Pour les cinéphiles (bien qu’ils le sachent peut-être déjà), le film a été réalisé par Christopher Nolan, le metteur en scène de la trilogie The Dark Knight, les dernières aventures de Batman. L’intrigue se déroule dans un futur proche. La planète se meurt, les cultivateurs les plus chevronnés ont du mal à fournir la denrée nécessaire pour permettre aux humains de vivre décemment. Le père de famille en question, interprété par l’excellent Matthew McConaughey, trouve l’emplacement, en compagnie de sa fille, du dernier QG de la Nasa. C’est le dernier représentant de l’agence qui lui demande de s’envoler à bord d’un « ranger », accompagné de trois autres astronautes et d’un robot, pour traverser un trou de ver, lequel est censé mener le groupe dans une autre galaxie. Pour ceux qui ne s’y connaissent pas trop, un trou de ver serait une sorte de passage spatio-temporel reliant deux points de l’Univers. Je simplifie grandement la définition mais le but de cet article n’est pas de faire un cours d’astrophysique !

Trounoir voielactee mellinger

Shutterstock 25016035

En ce qui concerne les trous de ver, le cinéma nous en a donné maints exemples. Parmi eux, on peut citer Stargate, ou la Porte des Etoiles.

19853864

19853867

Si vous ne connaissez pas le film, je vous invite à le regarder, surtout si vous êtes fan de SF. Ce n’est pas forcément une référence du genre mais il vaut quand même le détour.

Revenons à nos moutons. Nos trois aventuriers de l’espace, une fois parvenus dans l’autre galaxie, doivent explorer trois planètes potentiellement habitables, trois planètes que des astronautes d’une précédente expédition avaient tenté de découvrir également. Cette mission est censée aboutir à l’immigration de l’humanité vers l’une de ces trois planètes.

Interstellar eau

Interstellar 23

Maxresdefault1

Ce qui m’a plus dans ce film, ce n’est pas tant le jeu d’acteurs et le scénario en béton qui sont excellents, c’est surtout par sa précision scientifique, les voyages dans l’espace et le dénouement (à ne rater sous aucun prétexte !) que le film m’a séduit. Par contre, il faut avoir, non pas l’estomac, mais l’esprit bien accroché pour le regarder car les explications (un peu tirées par les cheveux parfois) sur les différents phénomènes physiques sont assez complexes et il m’est arrivé de m’y perdre un peu ! Et puis, il y a aussi quelques incohérences, notamment en ce qui concerne le passage dans le trou de ver. En théorie, un être humain, s’il tombait dans ce type de singularité, n’en sortirait pas vivant : il serait « démolécularisé », excusez le vocabulaire un peu barbare, à l’entrée du trou de ver, qui serait en fait un trou noir, puis ressortirez par le trou blanc, la porte de sortie, où il serait « remolécularisé ». Bon, j’arrête là mes explications d’astrophysicien (très) amateur ! :-P Si vous le visionnez, concentrez-vous plutôt sur le côté aventurier de l’œuvre, dans lequel les personnages, comme dans tout bon film du genre, doivent dépasser leurs limites s’ils veulent accomplir leur mission.

Buzz lightyear buzz l eclair toy story vers l infini et au dela

En dépit de ces quelques défauts, le film vaut tout de même le détour tant par sa qualité cinématographique que par son talent à nous faire oublier le quotidien et nous faire voler jusqu’aux étoiles car c’est surtout ça, la magie du cinéma. Et de l’art en général ! Oui, on assiste là à un vrai bouleversement à mon goût, du temps, de l’action, de la façon dont l’intrigue est menée, de tout ! Le meilleur film de son réalisateur et, peut-être, le meilleur film de SF qu’on ait jamais vu (après 2001 : L’Odyssée de l’espace cependant). Ce n’est que mon avis, bien sûr ;) L’œuvre dure 3 heures mais on ne voit vraiment pas le temps passer, et puis le temps est particulièrement relatif en ce qui concerne ce film ^^

Mais je vous laisse juger par vous-même ;) à moins que vous ne l’ayez déjà vu, auquel cas je vous invite à me laisser un petit commentaire juste sous l’article !

Pour ceux et celles qui ne le connaissent pas et qui souhaiteraient avoir un aperçu, je les laisse déguster sans modération la bande-annonce juste au-dessous…

Sinon, je vous dis à bientôt pour de prochains articles, épisodes et livres,

Bien à vous,

Benjamin, alias Jack Hydra ;)

Retour page d'accueil

Article précédent : Les méchantes dans les films

Article suivant : Les personnes créatives

Et pour aller plus loin : Le début d'une AVENTURE...

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau